Tour du monde à la voile. 250 skippers amateurs attendus à Brest

Réservez votre chambre au cœur du centre ville de Brest  ou au 02.98.44.23.91

Douze grands monocoques de 23 m sont attendus dans la nuit de mercredi à jeudi, au port du château, première escale d’un étonnant tour du monde en équipage. Ces onze mois de course sont réservés à de purs amateurs !

C’est ce vieux loup de mer de Robin Knox-Johnston qui a eu l’idée d’organiser un tour du monde à bord de voiliers strictement identiques . Des grands voiliers modernes (des 70 pieds construits en Chine) pouvant accueillir jusqu’à 24 personnes. La « Clipper round the world yacht race » peut se résumer en une course-croisière planétaire réservée à des amateurs de voile, confirmés ou parfaitement débutants. « Venez disputer la course de votre vie », argumente l’organisation anglaise, qui propose ce grand tour du monde de onze mois pour la bagatelle de 45.000 livres (55.000 €). Sur les 680 équipiers amateurs inscrits, une grosse centaine a signé pour les huit étapes du tour entier, chacun pouvant choisir à la carte son tronçon de régate. « Vivre l’expérience des professionnels autour du monde ! ». Sir Knox-Johnston voulait offrir cette possibilité à de purs amateurs. Il lance le premier événement du genre en 1996.Évidemment, un skipper chef de bord professionnel se charge de la bonne marche du navire et de la cohésion de l’équipage sur des traversées qui pourront approcher les 40 jours. Chaque bateau porte les couleurs d’une ville ou d’un sponsor.

42 nationalités

Cette course des plus originales autour du monde draine des centaines d’entreprises et pas moins de 42 nationalités différentes parmi les participants engagés. Après Brest, la flotte est attendue une trentaine de jours plus tard au Brésil (Rio de Janeiro), avant d’attaquer les mers du sud, en contournant l’Australie et en traversant le Pacifique à hauteur de la Chine. Pour un final contournant les États-Unis par le canal de Panama et un retour en Europe par l’Atlantique nord, soit 64.000 km en route directe !

Sources: Le Télégramme – Stéphane Jézéquel

________________________________________________________________________________________________________