Thales à Brest rénove 28 avions militaires et laisse une place aux PME

Réservez votre chambre au cœur du centre ville de Brest  ou au 02.98.44.23.91

Par Stanislas Du Guerny | 21/11/2013
Un contrat de 120 millions d’euros a été signé pour la rénovation des avions de patrouille maritime Atlantique 2. La sous-traitance locale se frotte les mains.

Beau contrat signé avec la Défense nationale pour Thales à Brest à l’occasion de son cinquantième anniversaire début octobre. Les établissements du groupe vont concevoir les nouveaux radars et les capteurs acoustiques des avions Atlantique 2, dont 15 des 28 exemplaires vont être rénovés au cours des prochaines années. Ce marché de 120 millions d’euros sera partagé entre Thales et les sous-traitants locaux, qui se réjouissent d’avance. Ils vont récupérer une partie importante du plan de charge. La sous-traitance sera de l’ordre d’une « centaine de personnes », explique Thierry Weulersse, directeur de Thales Systèmes Aéroportés à Brest. Plusieurs entreprises sont déjà sélectionnées, comme l’électronicien Innovatech, basé à Pont-de-Buis (Finistère). « Nous lui confions les coffrets d’alimentation des radars », poursuit Thierry Weulersse. Interface Concept, installé à Quimper, va fabriquer les cartes des calculateurs.

Début des livraisons en 2018

Différentes sociétés brestoises de logiciels bénéficieront prochainement de commandes. Thales privilégie la sous-traitance de proximité, sachant qu’il bénéficie d’un important réseau de partenaires locaux, avec lesquels il a l’habitude de travailler. Les équipes de Thales bénéficient aussi du contrat. 120 des 1.600 collaborateurs des trois établissements du groupe vont concentrer la totalité de leur emploi du temps sur ce marché. Le premier appareil rénové sera livré à la Marine nationale en 2018, le dernier en 2023. Les différentes opérations de modernisation des Atlantique 2 atteignent la somme de 400 millions d’euros. Outre Thales, le contrat concerne Dassault Aviation, le concepteur de l’avion et responsable de sa navigabilité, mais aussi DCNS, chargé de la modernisation du logiciel de traitement de l’information à bord des appareils. Quant au Service industriel de l’aéronautique (SIAé), il est le maître d’oeuvre des opérations de rénovation de ces avions, dont la mission est d’assurer la sûreté et le soutien des sous-marins de la Force océanique stratégique (FOST). Tous stationnés près de Lorient, sur la base de Lann-Bihoué, les Atlantique 2 accomplissent également des missions de guerre électronique, de surveillance du trafic maritime et de sauvetage en mer. Leur modernisation permettra de les maintenir en activité jusqu’en 2032.

sources ici

______________________________________________________________________________________________________________________________________________